Les devises étaient allusives à un sentiment ; un mot historique ; un principe de conduite ;
une pièce du blason ;
au nom de famille ; à un acronyme comme la devise de l'Autriche :
A. E. I. O. U. : Austriae Est Imperare Orbi Universo
(Il appartient à l'Autriche de régner sur tout l'univers !)
Des cris
d'invocation, comme celui des rois de france, Montjoye Saint-Denis ;
de résolution, Dieu le veut ; d'exhortation, Au plus dru ; de défi, Place à la bannière !

Cri de guerre, devise et lions en "supports"

Quand un blason qui était de forme triangulaire était posé dans un sceau arrondi,
la place entre le bord de l'écu et celui du sceau restait importante et assez inesthétique,
c'est ainsi que l'habitude de dessiner des
figures, pour remplir ce vide, se codifia.
Les animaux sont des supports ; les figures humaines des tenants ; les objets des soutiens.


Les "tenants" de la Maison de France Les "soutiens" de la Maison d'Espagne